« Paris occupé »

Lieber Herr Baum,

Ich bin seit dem Wochenende leider krank, weswegen ich heute nicht in der Schule war. Hier meine Hausaufgaben (ich habe Aufgabe 1 und 3 gemacht):

1) Dans le texte « Paris occupé » de Jean Cau du 18 août 1978 l’auteur décrit la vie difficile des Parisiens pendant quatre ans sous l’occupation.

Les Parisiens souffrent parce qu’ils n’ont pas assez à manger. Les aliments, qui sont très rares et réduits à quelques produits seulement, sont rationnés. A cause de cette situation un marché noir s’établit. Il y aussi d’autres villes en France où la situation es comparable, mais moins dure qu’à Paris (l.6-19).

Un autre problème est le chauffage, parce que le charbon manque. Les gens seulement chauffent une pièce, ils rendent visite chez un parent ou un ami ou ils vont dans une usine, un café ou même dans le métro pour se chauffer. Tous les endroits qui sont chauffés sont bondés (l.20-29).

Tous les gens doivent se déplacer à bicyclette. A Paris, il y a 2.000.000 de bicyclettes ein 1944 à cause du manque d’essence (l.30-35).

3) L’auteur utilise plusieurs moyens stylistiques pour mettre ein relief la situation difficile des Parisiens. Il commence son texte avec un blague (l.1-5) pour attirer l’attention du lecteur. Cette blague es un contraste avec la réalité dure.

Il décrit la situation des Parisiens en utilisant beaucoup d’énumérations (p.ex. l.7-8, l.9-10, l.18-19) qui soulignent la gravité et la dureté de cette vie. En plus, il utilise un anaphore (l.20, 30, 35). Il répète les phrases « On a faim. On a froid » trois fois, parce que ces deux souffrances étaient les plus graves et essentielles.

L’auteur emploie des images qui rendent le texte plus émotionnel. Dans l’image du « beurre sacré » « plus beau que l’or » (l. 10) se concentre la perception des gens qu’un aliment est d’une énorme valeur. A la fin du texte l’auteur compare le métro, « réserve de veines et d’artères » (l. 32), à un corps humain et explique ainsi que ce moyen de transport était essentiellement important pour la vie quotidienne des Parisiens.

Un autre moyen stylistique est la gradation. Après les phrases « On a faim. On a froid » (l. 20, 30, 35) l’auteur parle d’autres souffrances. Il commence avec « Plus de bois. Peu de charbon » (l. 20) et il finit son texte avec « Et on meurt » (l. 35). Par cette déclaration il montre nettement que les souffrances mentionnées avant pouvaient être mortelles. Ces phrases principales, courtes, à trois mots terminent le texte et restent ainsi dans la mémoire du lecteur.

Posted in Occupation | Leave a comment

LK-Stunden in der Kalenderwoche 42

Cette semaine, le cours n’aura pas lieu puisque les élèves du lycée Beethoven ne seront pas présentes.

Posted in Généralités | Leave a comment

Studienfahrt

Lieber Herr Baum,

Sie haben uns am Freitag bei der Klausur eine schöne Studienfahrt gewünscht. Vielleicht haben Sie sich nur vertan, aber es könnte ja auch sein, dass Sie sich das Datum falsch notiert haben. Wir sind erst die letzte Woche vor den Ferien auf Studienfahrt…

Viele Grüße, Lea

Posted in Généralités | Leave a comment

Klausur – Ort und Zeit

Liebe Schülerinnen,

die Klausur findet von der 1. bis 4. Std. in R. A217 (Oberstufenraum) statt.

Beste Grüße
Patrick Baum

Posted in Généralités | Leave a comment

Les moyens stylistiques dans le discours politique de Charles de Gaulle (24.12.1942)

Dans son discours politique, le général Charles de Gaulle se sert de certains moyens stylistiques pour mettre en relief ses idées qui doivent convaincre l’auditoire de sa promesse que les enfants recevront << bientôt [...] la visite de la Victoire>> (l. 46).

D’abord, c’est très important pour lui d’établir un rapport entre lui et les enfants français. C’est porquoi il s’adresse directement aux auditeurs en disant << mes enfants >> (l. 4) ou << chers enfants >> (l. 46). Avec l’apostrophe, il montre aussi son appartenance.

Ensuite, de Gaulle s’efforce d’exprimer ses émotions et sa compassion à l’aide des exclamations comme << quel bonheur >> (l. 4), << oh! >> (l.4) ou << eh bien >> (l. 8). Ces dernières rendent le discours plus vivace et intéressant afin que les enfants continuent à l’écouter attentivement.

En général, il est nécessaire qu’on puisse suivre facilement un discours politiques. C’est la raison pour laquelle de Gaulle établit les personnifications dans tout son discours. Ce moyen stylistique sert à simplifier les faits complexes et ainsi la compréhension des enfants. Le général parle de la situation de la France, par exemple, de la façon suivante: il décrit sa patrie comme une << dame >> (l. 9) et l’Allemagne comme << une voisine brutale >> (l. 9-10) qui << a promis [après la Première Guerre mondiale], en pleurant, qu’elle ne le ferait plus jamais >> (l. 16-17), mais qui << s’est organisée pour de nouvelles invasions >> (l. 20-21) encore une fois. C’est la personnification qui est le moyen stylistique le plus dominant.

Mais dans le discours, on trouve aussi de nombreuses énumerations comme << vos papas, vos mamans, vos frères, vos sœurs >> (l. 24), << les avions, les chars, les navires >> (l. 28) ou << en Angleterre, en Russie, en Amérique >> (l. 38). Toutes ces énumerations ont le même sens: elles renforcent les idées de de Gaulle. Quand on énumère beaucoup d’exemples, un fait abstrait devient plus concret et donc plus convaincant.

Pour graver ses idées dans les têtes des enfants, l’orateur se sert aussi de structures parallèles et de répétitions comme << vous verrez un jour toute cette mécanique écraser les Allemands découragés et, à mesure qu’ils reculeront sur notre territoire, vous verrez se lever de nouveau une grande armée française >> (l. 39-41), << vous avez froid [...], vous souffrez >> (l. 43-44) ou << je vais vous faire une promesse, une promesse de Noël >> (l. 45).

En plus, de Gaulle intégre les enfants à son discours en les invitant à faire les choses suivantes à l’aide de l’impératif: << Pensez à eux [les braves soldats], priez pour eux! >> (l. 33).

En résumé, l’ambassade principale de Charles de Gaulle qu’il veut transmettre est de ne pas abandonner et de croire à la victoire. Ce fait est souligné par l’ellipse << Il y avait une fois: la France! >> (l. 7) qui fait penser à un conte de fées dont la fin est toujours bonne…

Posted in Généralités | Leave a comment

Charles de Gaulle, 24 décembre 1942: Les moyens stylistiques

Dans son discours politique, Charles de Gaulle s’adresse aux enfants français. En décembre 1942, la situation était très mauvaise en France, donc il voulait leur rendre l’éspoir. Il souligne son énonciation en utilisant beaucoup de moyens stylistiques.

Premièrement, Charles de Gaulle veut inspirer confiance aux enfants. Avec l’exclamation « mes enfants » (l. 4), il se montre comme un grand-père ou un père pour établir un rapport. En plus, il montre qu’il s’attendrit sur eux en utilsant des plusieurs exclamations ( p.ex. « Oh! » ; l. 4) et en moyen d’un parallélisme (« vous avez faim parce que.. »;Vous avez froid parce que… »; « vous souffrez parce que… »;l. 42-45). Comme ça, les enfants peuvent réaliser que Charles de Gaulle n’est pas seulement un politicien, mais aussi un homme de confiance.

En plus, Charles de Gaulle veut conforter les enfants pour qu’ils ne perdent pas espoir. Il commence de parler de la France comme un conte de fée (l. 7 « Il y avait une fois »). Normalement,  les conte de fées ont un happy end. C’est pourquoi Charles de Gaulle utilise cette formule. Encore, il montre la quantité des armes en utilisant des énumeration (« Toutes ces forces, les Allemands n’ont plus le temps de les détruire, parce que, maintenant, en Angleterre, en Russie, en Amérique, on fabrique d’immenses quantités d’avions, de chars, de navires »).

Il  fait aussi l’éloge de la France pour que les enfants exaltent leur pays d’origine. Les adverbes « belles, bonnes et braves » sont une allitération et une énumeration en même temps et ils servent au renforcement de l’amour de la patrie des enfants. Avec l’hyperbole « brutale, rusée, jalouse », il forme un contraste fort entre l’Allemagne et la France. À l’avis de Charles de Gaulle, il faut savoir que l’Allemagne est l’ennemi et la France est la victime. C’est pourquoi il utilise des personnifications ( p. ex « elle a demandé pardon » l.16 ; « mesdames les nations » l.8) pour décrire les pays: C’est plus facile à comprendre pour les enfants et pour comparer les deux adversaires.

Dans une logique de rendre l’éspoir aux enfants que la guerre n’est pas encore perdue, Charles de Gaulle se sert des plusieurs moyens stylistiques.

Posted in Occupation | Leave a comment

Les moyens stylistiques dans le discours politique de Charles de Gaulle

Dans le texte qui suit je vais expliquer comment Charles de Gaulle utilise des moyens stylistiques pour convaincre les enfants de la France.

Premièrement il structure son texte comme un conte de fées, ce qu’on peut principalement voir à l’expression «il y avait une fois» (l. 7) avec laquelle chaque conte de fées commence. Charles de Gaulle utilise cette stratégie parce qu’il s’aderesse aux enfants pour lesquels un conte de fées est plus intéressant qu’un discours politique. En plus, dans un conte de fées la fin est normalement bonne. De Gaulle cache l’appel qu’il ne faut pas perdre l’espérance dans ce conte de fées. Un moyen stylistique qui domine est le personnification des nations (l. 8: «mesdames les nations», l. 16: «elle a demandé pardon…», l. 21: «elle a gagné la bataille»), un moyen qui aide à rendre la situation plus claire pour les enfants afin que ce soit plus facile pour eux à comprendre ce que Charles de Gaulle veut dire. En utilisant des énumérations (l. 24: «ce sont vos papas, vos mamas, vos frère, vos sœur», l. 38: «en Angleterre, en Russie, en Amérique») les choses abstraites deviennent plus concrètes pour les auditeurs, ici des enfants. A l’aide des exclamations que Charles de Gaulle emploie (l. 4: «quel bonheur», «Oh!», l. 7: «la France!»,  l. 8: «Eh bien!») il exprime ses émotions et souligne l’importance de son discours politique. En outre, le conte de fées qu’il raconte pour les enfants devient plus vivace. Un autre moyen stylistique Charles de Gaulle utilise souvent, c’est l’apostrophe (l. 4: «mes enfants», l. 39: «vous verrez», l. 42: «Mes chers enfants de France») pour établir un rapport entre lui et les enfants. En plus il montre avec ça son appartenance. A la fin de son discours il formule son appel en forme d’un parallélisme (l. 42-46: «vous avez faim, [...] vous avez froid, [...] vous souffrez»). Il utilise ce moyen stylistique afin que l’appel reste dans les têtes des enfants.

On peut voir que Charles de Gaulle utilise beaucoup de moyens stylistiques dans son discours politique pour attirer l’attention des enfants et transporter ses idées.

Posted in Occupation | Leave a comment

Le régime de Vichy: textes officiels

Textes officiels du régime. Très intéressant!

Posted in Occupation, Relations franco-allemandes | Leave a comment

Bonne rentrée!

Chères élèves,

Je vous souhaite une bonne rentrée. Cette année scolaire, on va s’occuper des relations franco-allemandes et des « points chauds » de la société française (à savoir: immigration et intégration).

On commence par les idées reçues (les clichés) des Français et des Allemands. Un petit film nous servira d’ « entrée »:

Posted in Civilisation française, Relations franco-allemandes | Leave a comment

Sartre, « Huis clos » – Unterrichtsaufzeichnungen

Für Sie zur Dokumentation: meine Unterrichtsaufzeichnungen und Tafelbilder zu « Huis clos » (soweit sie noch nicht anderweitig dokumentiert sind):

20.05.2011: la question de la culpabilité

25.05.2011: le regard d’autrui

30.05.2011: le contexte philosophique

 

Posted in Sartre | Leave a comment